A Canzona di u Rizzanese 23-Août 2009

 

A Canzona di u Rizzanese

 

 

 

RIZZANESE:
Fleuve de Corse dont on peut dire qu’il est l’une des plus belles avenues de l’île.
Selon les scientifiques, il resterait moins de 3% de rivières intactes en Europe… le Rizzanese en fait partie.
On écrira demain : Fleuve de Corse totalement obsolète et superflu, avantageusement remplacé par un barrage en béton destiné à produire… 4% de l’énergie nécessaire à l’île…
Sachant qu’il y aurait dans le monde des bons et des mauvais barrages, dans le doute, 90% des insulaires restent perplexes. Ils auraient appris de leurs Pères, sobres et économes… qu’il n’est jamais bon d’assécher l’étang… pour prendre plus de poisson.
Traditionnellement peu habitués à bétonner les rivières, les Corses et amis de la Corse n’auraient-ils pas là une magnifique occasion de prouver “qu’ils chantent juste”.
En effet, la Corse doit sans doute être la seule terre du monde où l’on dit de quelqu’un qui chante faux… “qu’il ne s’accorde même pas avec la rivière… ùn s’accorda mancu cù u fiume”.
P.-S. : Si cela est vrai en d’autres territoires de la planète, les pays et ressortissants concernés sont priés de bien vouloir rejoindre urgemment le collectif qui veut sauver le Rizzanese…www.rizzanese.fr … afin de passer les auditions, et organiser la chorale.

  définition extraite du DICOCORSE, livre de JF Bernardini

Les paroles de la chanson : corsu - français

Canzona di u Rizzanese

Sottu a u celu chi macina
cum'è una fata chi si chjina
sin'à l'arice di marina
un fiume corre

un ci hè piu fiore chì ùn la sa
ogni funtana o trizinà
qui ci he da pienghje pè avà
in terra sacra sai o Mà
sò triste l'ore

pè facci sparte lu s'onore
un fiume corre
cum'è ghjuvellu di favore
un fiume corre

di paccutiglia è di parè
pesanu un maghju pè un rè
u paradisu hà da brusgià
mettenu focu à u campà
sò triste l'ore

d'una traita un crepacore
un fiume more

cum'è una spada in lu so core
un fiume more

s'è tu ci pensi à l'onde chjare
ùn statti fora
dì fà u mondu chi ti pare
hè ghjunta l'ora

cum'è una terra chi si pesa
cum'è un sole
cum'è un cantu anu da turnà

cum'è una terra chi si pesa
i nostri cori i nostri andà
i nostri venti
anu da gira ...

 Jean-François Bernardini, © 2009

Chanson du Rizzanese

Sous le ciel qui rumine
comme une fée s'incline
jusqu'au bord des marines
un fleuve coule

il n'est fleurs qui ne sache
pas un oiseau pas une fontaine
tu sais maman en terre sacrée
les temps nous feraient bien pleurer
les temps nous peinent

pour partager tout son honneur
un fleuve coule
comme un joyau une faveur
un fleuve coule

de pacotille et de paraître
ils lèvent le mât d'un roi peut-être
mettant le feu au paradis
pour y brûler un peu de vie
les temps nous peinent

d'une trahison un crève coeur
un fleuve meurt

comme d'une épée au fond d'un coeur
un fleuve meurt

Si tu y penses aux ondes claires
viens-y mon frère
pour faire le monde que l'on espère
c'est l'heure mon frère

comme une terre se soulève
comme une voix comme un chant vont se lever
comme une terre se soulève
nos coeurs, nos chemins, nos vents qui vont tourner

Jean-François Bernardini, © 2009

 

 

Nous contacter: contact@rizzanese.fr - Rizzanese - 2009